Interview : Dom Colmé, guerrier pacifique… (source Loractu.fr)

Interview : Dom Colmé, guerrier pacifique... (source Loractu.fr)
Guillaume Weitzel (Loractu.fr)

Dom Colmé, guerrier pacifique de la chanson française, se produisait hier après-midi à l’occasion du Printemps de la Chanson Française à Joeuf, en ca début de mai. L’occasion de rencontrer l’artiste, homme de coeur, le temps de quelques questions.

LOR’Actu : Pour commencer, une question simple, Dom Colmé : nom de scène ou administratif ?

Dom Colmé : Non, il s’agit bien de mon vrai nom ! J’ai trouvé que cela sonnait bien et que je pouvais l’utiliser en tant que nom de scène également, c’est plus sympa !

LOR’Actu : Comment se sont déroulés tes premiers pas dans la musique ?

Dom Colmé : Une entrée fracassante (rires) ! Disons que comme beaucoup de monde, je me suis intéressé très tôt à la musique, et l’envie d’en faire est venue rapidement. Je faisais partie d’un groupe qui s’appelait Salomé, avec lequel j’ai évolué de 1994 à 2001 environ. Par la suite, je me suis lancé en solo et j’ai complètement changé de métier, pour devenir chanteur – guitariste. Maintenant, je compose mes chansons et je travaille en binôme depuis une dizaine d’années avec un auteur qui s’appelle Gilles Victor.

LOR’Actu : On parle beaucoup de rhythm n’ blues pour qualifier ta musique, tu peux développer ?

Dom Colmé : Oui, on peut effectivement qualifier ma musique de rhythm n’ blues, tout en sachant que cela reste très vaste ! Ce style de musique est souvent dansant avec des tempo « middles » comme on dit. Beaucoup d’artistes de ce style m’ont influencés et disons que j’essaye de faire vivre cette musique et de la travailler. C’est une grande tradition française que de travailler ce style avec des textes français, depuis longtemps.

LOR’Actu : Comment se déroulent les compositions ?

Dom Colmé : A la base, je compose tout seul, mais par la suite j’étudie les thèmes possibles avec Gilles. Des thèmes qui me plaisent, dont j’ai envie de parler sur le moment, tout en partant dans l’optique d’une anecdote ou d’une petit histoire. Par exemple, le thème du dernier album qui est en préparation est « la marche qui ne va nulle part ». Derrière chaque chanson se cache tout un environnement de choses et d’idées.

LOR’Actu : Tu viens de revenir en Lorraine il n’y a pas si longtemps, où étais-tu passé ?

Dom Colmé : Effectivement oui, il se trouve que je suis resté 10 ans dans le Jura !  Avec 1m50 de neige pendant des mois, j’étais un peu dans le pays du Père Noël si on peut dire ça comme ça (rires), j’étais avec ma fille qui a bientôt 10 ans maintenant, et voilà je suis de retour ! Et j’ai bien l’intention de le faire savoir (sourire).

LOR’Actu : Tu as récemment fait la première partie d’Ayo au Casino d’Amnéville, comment c’était ?

Dom Colmé : C’était génial, ça c’est vraiment super bien passé ! Le public était très chaleureux, et j’ai passé une très bonne soirée. D’ailleurs, j’ai reconduit l’expérience un peu plus tard, à l’Autre Canal de Nancy, où la aussi j’ai reçu un accueil vraiment super. Je suis content, je trouve que le travail commence à porter ses fruits, doucement mais surement, et j’espère bien que cela va continuer !

LOR’Actu : Nous aimerions revenir sur tes influences, tu peux nous citer quelques noms ?

Dom Colmé : Et bien, tu sais les influences à travers la musique, c’est comme un silo, le grain tourne et cela se resserre au fur et à mesure.  En fait, j’apprécie beaucoup d’artistes mais je recherche toujours la même chose chez eux. J’aime bien les grandes et belles ballades, la country music, des artistes comme Ray Charles, mais aussi d’autres figures comme Jack Johnson ou Ben Harper, que j’aime aussi énormément. Je les considères un peu comme des « gardiens » de la musique.

LOR’Actu : Y a-t-il un message pré-dominant que tu souhaites partager à travers ta musique ?

Dom Colmé : Un message particulier je ne sais pas, mais j’essaye d’amener chez les gens cette envie de partager la musique ensemble, et d’aller au-delà de ça. Je pense que c’est sur scène que la musique prend tout son sens, et en tout cas s’il y a un message à faire passer, c’est sur scène que tu y arrivera le mieux. Il faut vivre ensemble, danser, chanter et vivre heureux, simplement. Il faut essayer de vider ses souffrances en un seul endroit, les éloigner de chacun de nous, en s’épaulant.

LOR’Actu : Où en es-tu niveau albums ou démos ?

Dom Colmé : Et bien j’ai fait un premier album il y a 5 ans, qui est un peu resté dans les cartons. Actuellement, je suis en train de bosser sur un 2ème album, il y a une démo qui est disponible sur mon myspace, iTunes, etc. C’est une pré-production avant l’album, qui me demande beaucoup de travail et beaucoup de moyens.

LOR’Actu : Il nous semble que tu disposes actuellement de mécènes. C’est assez rare de nos jours !

Dom Colmé : Disons que j’emploie ce terme un peu comme une boutade mais au final, oui c’est plutôt le cas. Je reçois l’aide et le soutien de plusieurs personne qui apprécient ma musique, via diverses actions, avec par exemple Frederic SAINT DIZIER, qui est le directeur de l’agence Label LN à Nancy. Je reçois également de l’aide d’un éditeur musical parisien ou encore Eric REVEL, qui est le bosse du Galaxie et qui m’a permis d’être avec Ayo au Seven Casino d’Amnéville. A savoir que toutes ces aides sont gracieuses et je les en remercie grandement !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *